fbpx

L’Étoile du Roy de Saint-Malo

Histoire de Saint Malo

Réservez votre séjour à Saint-Malo

4.7/5
4.7/5

L'Étoile du Roy de Saint-Malo

L’Étoile du Roy est la réplique de frégate corsaire à Saint-Malo. C’était une frégate anglaise du XVIIIème siècle, un voilier de 47 m de long, et 800 m2 de voilure construit en Turquie en 1997 pour les besoins d’une série anglaise, elle était nommée alors Grand Turk. Elle fut rachetée par Bob Escoffier, navigateur et propriétaire à l’époque de l’Etoile marine croisière à Saint Malo et rebaptisée l’Etoile du Roy. Ce fier trois mâts est le 3eme plus grand voilier de France ! Il pouvait contenir 236 hommes d’équipage à son bord, armé de ses 20 canons il pesait 310 tonnes ! Actuellement un équipage de 9 hommes suffit à manoeuvrer la réplique. 

Son constructeur britannique, Michael Turk, descendant d’une longue lignée d’armateurs, souhaitait reproduire à l’identique, le HMS Blandford, construit en 1741, bâtiment de la flotte de l’amiral anglais Horatio Nelson . Il baptisa la frégate, le Grand Turk. Coïncidence, ou pas, il y avait un navire Corsaire de 260 tonneaux présent sur le registre de l’amirauté de Saint-Malo avec pour appellation, le Grand Turk. Il aurait été capturé en 1745 par les anglais et revendu en 1749.

Armateur de Saint-Servan

Son armateur était Anquetil, Sieur de la Brutiere et son capitaine, Robert Leturc, armateur dans le quartier de Saint-Servan.

L’Etoile du Roy de Saint-Malo peut se visiter la majeure partie de l’année lorsqu’elle est à quai dans son port d’attache à Saint Malo. 

Qu'est ce qu'une frégate ?

Les premières frégates apparurent au XVIe siècle. Plus petites que les bâtiments de guerre comme les vaisseaux, elles étaient plus maniables et leur servaient plutôt d’escorte. La frégate, la Cardinale et la Royale, furent les premiers navires de guerre, lancés par la marine royale française en 1638. D’une capacité de 400 tonneaux, elles étaient équipées d’une vingtaine de pièces d’artillerie.

Entre le XVIIe et le XIXe siècle, les frégates devinrent de véritables navires de guerre de taille moyenne équipées au total de 40 canons. Mais gardant leurs tailles réduites, les frégates restent plus rapides et plus manoeuvrables, leur permettant d’avoir une vue d’ensemble de la bataille surtout, notamment lors de la tactique de la ligne de bataille tout en restant à l’abri du tir ennemi. 

Entre 1805 et 1846, les frégates atteignent une capacité de 500 hommes et 60 canons !

À la fin du XIXe siècle (à partir de 1858 environ avec la construction de prototypes par les marines britannique et française), la frégate blindée était un type de navire de guerre à toute épreuve qui fut pendant un certain temps le type de navire le plus puissant à flot. Le terme « frégate » a été utilisé parce que ces navires montaient encore leurs principaux armements sur un seul pont supérieur continu. (Ce qui les différencie des vaisseaux)

Autre réplique de frégate :

L'Hermione

L’Hermione est une réplique de la frégate L’Hermione, en service de 1779 à 1793 . Le chantier de construction débute en 1997. Elle fut mise à l’eau sur la Charente sans son gréement pour son premier test en 2012. Ses premiers essais en mer sont réalisés en 2014. 

L'Hermione et l'Étoile du Roy
L'Hermione et l'Étoile du Roy

Plus grand que l’Étoile du Roy de Saint-Malo, le voilier mesure plus de 65 m de long, avec trois mâts, et 2100 m2 de voilure. La frégate d’origine nécessitait un équipage de 255 hommes, tandis que sa réplique actuelle utilise un équipage de 80 marins. 

2000 chênes furent nécessaires pour la conception de la réplique, 400 000 pièces de bois et de métal au total, 22 canons de 12 du le pont de batterie (l’unité de 12 correspond au calibre des boulets, de 12 livres) et 6 canons de 6 sur le pont de gaillard. Les canons ne sont pas utilisables, (ils ne sont pas percés, ce ne sont que des répliques, sinon la réplique de la  frégate serait requalifiée en navire de guerre).

La réplique a été conçu pour répondre au confort et normes actuelles, elle est ainsi équipée de moteurs lui permettant les manoeuvre dans les ports, selon la réglementation française, ainsi que tout l’équipement nécessaire pour la navigation au XXIème siècle, comme un gps, un ordinateur de bord, deux lave linge et sèche linge ainsi que des toilettes, douches, 8 congélateurs et réfrigérateurs.

Elle fera son premier voyage inaugural en 2015 jusqu’au Etats-Unis. (en référence à l’arrivée de La Fayette en 1780 à Boston, venu soutenir le général Washington dans la guerre de l’indépendance contre les anglais.)

L’année de sa mise à flot en 1779, pour sa phase de test, avant de prendre le cap pour les Etats-unis, elle captura plusieurs bâtiments anglais :

Le 29 mai 1779 : La Défiance, corsaire anglais de 18 canons et 70 hommes d’équipage. 

Le 30 mai 1779 : Le Lady’s resolution of London, un corsaire anglais de 18 canons et 110 hommes d’équipage.

Le 29 juillet 1779 : Le Hawk, corsaire anglais de 14 canons et 62 hommes d’équipage.

Le 1er Octobre 1779 : Le Anna, navire marchand anglais revenant de Jamaïque, chargé de sucre et de rhum, et 11 hommes d’équipage. 

Le 21 Octobre 1779 : Le Marie, navire marchand anglais revenant du Portugal, avec des fruits secs et du vin et 4 hommes d’équipage. 

Le 22 Octobre 1779 : Le Pélican, navire marchand anglais revenant du Portugal, chargé de sel avec 6 hommes d’équipage.

Elle coule le 20 Septembre 1793 en heurtant un rocher en sortie de l’estuaire de la Loire. 

Les frégates modernes 

Les frégates modernes seront, dès les années 70 équipées de missiles anti-navires et anti-aériens en faisant des navires spécialisés dans la lutte anti-sous-marine et anti-aérienne. Elles peuvent contenir des hélicoptères.

Bookez votre séjour à Saint-Malo

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

Vous êtes déjà plus de 12 000 followers sur Instagram, Merci !